lifting du corps

(Body lift)

Chirurgie de la silhouette

Le body lift est une opération destinée à retendre la peau du tiers moyen du corps. À l’avant du corps (abdomen), la peau en excès est descendue. À l’arrière du corps (fesses) et sur les côtés (cuisses externes), la peau est remontée. Ainsi, on aboutit à une cicatrice tout le long de la ceinture. On appelle aussi cette opération : lipectomie circulaire. L’objectif est d’enlever la peau en excès. Lorsqu’il y a aussi des excès de graisse, ceux-ci sont enlevés en même temps avec une diminution spectaculaire de volume global du corps. Il est souvent indiqué après avoir effectué une chirurgie bariatrique (Bypass ou Sleeve) qui cause une perte de poids rapide et massive qui peut engendrer un relâchement prononcé de l’épiderme du tiers moyen de la silhouette. C’est une des opérations les plus lourdes que nous proposons car elle intervient sur plusieurs zones et cumulent plusieurs opérations (liposuccion de plusieurs zones, abdominoplastie et un brazilianbuttlift afin de creuser la taille et de regalber/réharmoniser les fesses.

Le body lift agit donc efficacement :
En avant : sur le ventre, le pubis et le haut des cuisses.
En arrière : sur les fesses ; latéralement sur les hanches et la culotte de cheval. Aujourd’hui, l’opération s’est fortement améliorée et sophistiquée. Le chirurgien peut ainsi la proposer à beaucoup plus de patient(e)s : en fait, toutes et tous ceux qui ont de l’excès de peau autour du corps.

Avant L’intervention

R
Il est logique de pratiquer l’opération lorsque le poids est stable depuis plusieurs mois
R
Le versant psychologique. Un changement rapide et spectaculaire de forme du corps peut avoir un fort impact psychologique. Le chirurgien doit donc s’assurer de l’absence d’une trop grande fragilité à ce niveau
R
Un bon état de santé physique et psychologique
R
Le médecin-anesthésiste voit le patient en consultation assez longtemps à l’avance pour avoir le temps de préparer l’intervention et de demander un bilan préopératoire complet
R
L’arrêt du tabac est obligatoire
R
Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention
R
Consultation préopératoire avec le médecin anesthésiste. L’anesthésie générale est obligatoire car les surfaces opérées et la durée de l’intervention dépassent les possibilités de l’anesthésie locale ou régionale

Principe de l’intervention

On peut retenir des principes de base communs :
Marquages préopératoires : Essentiels au bon positionnement et à la symétrie de la cicatrice.
Installation : l’opération comporte 2 phases de durée à peu près égale. En principe, elle commence en position ventrale et se termine en position dorsale.
Liposuccion : l’intervention commence souvent par une liposuccion de la culotte de cheval et des hanches permettant d’enlever du volume et de mobiliser encore plus d’excès cutané.
Phase dorsale : la peau excédentaire est ensuite enlevée en bas du dos, au-dessus des fesses et latéralement pour retendre la face externe des cuisses. Si les fesses sont plates, le chirurgienpeut se servir de la graisse en excès au niveau des hanches qui, descendue, servira à remodeler et augmenter le volume fessier.

Retournement du (de la) patient(e) : c’est une étape très codifiée et réalisée avec grande prudence. Après retournement, le (la) patient(e) est à nouveau préparé(e) (protocole antiseptique rigoureux) pour la deuxième phase de l’opération.
Phase ventrale (elle est identique à une plastie abdominale classique) : elle permet de tendre l’abdomen vers le bas, le pubis et le devant des cuisses vers le haut. Elle commence par une liposuccion permettant la mobilisation des tissus tout en minimisant les décollements. Le chirurgien rejoint l’incision postérieure qui sera ainsi en continuité avec l’incision antérieure.

Type d’anesthésie et modalités d’hospitalisation

TYPE D’ANESTHÉSIE
l’anesthésie générale est obligatoire.
MODALITÉS D’HOSPITALISATION
une hospitalisation de 6 jours est nécessaire.

Après intervention :Suites opératoires

– La récupération est un peu plus longue que pour une autre opération en raison de la durée de   l’intervention, des surfaces opérées et des quantités enlevées.
– Le gonflement et les bleus apparaissent rapidement et peuvent être assez intenses de même que la   fatigue et les douleurs.
– Si la fatigue est trop importante une transfusion de sang peut être indiquée.
– En ce qui concerne les douleurs, elles sont prises en charge par les anesthésistes et sont grandement   diminuées par des produits puissants.
– Le port d’une gaine de compression est essentiel pendant un mois pour limiter l’œdème.
– La cicatrice ne devra pas être exposée au soleil ni aux UV avant 3 mois.

Résultat

Une partie du résultat est visible immédiatement car la remise en tension de la peau est toujours spectaculaire. Au bout de trois semaines les oedèmes commencent à partir et le résultat est encore plus impressionnant. En ce qui concerne la cicatrice, il faut savoir que, si elle s’estompe bien en général avec le temps, elle ne saurait disparaître complètement. A cet égard, il ne faut pas oublier que, si c’est le chirurgien qui réalise les sutures, la cicatrice, elle, est le fait du (de la) patient(e).Au-delà de l’amélioration esthétique qui est souvent appréciable, le body lift apporte en règle générale à la patiente (ou patient) une amélioration très nette fonctionnelle. De plus, cette amélioration fonctionnelle et le bien-être psychologique aident la patiente ou le patient dans l’ajustement de leur équilibre pondéral. Le but de cette chirurgie est d’apporter une amélioration et non pas d’atteindre la perfection.Si vos souhaits sont réalistes, le résultat obtenu devrait vous donner une grande satisfaction.
fr_FRFrançais