Lifting des cuisses 

(Cruroplastie)

Chirurgie de la silhouette

Les grossesses successives et la variation pondérale peuvent être à l’origine d’un excédent graisseux avec un relâchement cutané entrainant un frottement de la face interne des cuisses. Le lifting des cuisses (lifting crural) ou la cruroplastie permet de corriger les imperfections cutanées au niveau des cuisses suite un à amaigrissement considérable ou un vieillissement de la peau. Cette chirurgie esthétique des cuisses sert donc à traiter le relâchement de la peau en pratiquant dans un premier temps une liposuccion de la graisse localisée et par la suite couper la peau en excès. Les cicatrices sont cachées généralement au niveau de la face interne des cuisses.
img-1
img-2
Cette intervention est principalement indiquée pour toutes les personnes qui ont au niveau de l’entrejambe une peau flasque et distendue. Il s’agit particulièrement des femmes dont la variation pondérale ou la perte de poids excessive peuvent se caractériser par une peau excédentaire sur les cuisses. De même, cette intervention peut être nécessaire dans le cas d’une chirurgie post-obésité afin d’éliminer la peau disgracieuse des cuisses après la perte du poids engendrée par la pose d’un anneau gastrique, d’une sleeve gastrectomie, etc. Le lifting crural peut aussi être associé au body lift.

Principe de l’intervention

La résection de la peau en excès se fait en fonction de l’importance de la ptose des cuisses. Une lipoaspiration est associée chaque fois qu’il existe une infiltration adipeuse de la région afin de supprimer les excès adipeux des cuisses et ensuite l’ablation de la peau excédentaire. En fonction du relâchement cutané existant il existe des techniques avec des cicatrices différentes :
– Une technique à cicatrice verticale unique au niveau du sillon génito crural.
– Une technique à cicatrice horizontale et verticale pour traiter un relâchement en longueur et en largeur qui va du pli de l’aine au pli fessier. 

img-3
Plus l’excèdent cutané est important plus la cicatrice sera longue. Afin d’y remédier, la lipoaspiration de la face interne des genoux permet d’obtenir un résultat plus harmonieux. A la sortie du bloc opératoire, la patiente aura un vêtement compressif (type panty), afin de limiter les œdèmes et obtenir un meilleur redrapage cutané.Plus l’excèdent cutané est important plus la cicatrice sera longue. Afin d’y remédier, la lipoaspiration de la face interne des genoux permet d’obtenir un résultat plus harmonieux. A la sortie du bloc opératoire, la patiente aura un vêtement compressif (type panty), afin de limiter les œdèmes et obtenir un meilleur redrapage cutané.

Type d’anesthésie et modalités d’hospitalisation

TYPE D’ANESTHÉSIE
Peut être réalisé sous anesthésie générale ou sous anesthésie locale approfondie par des tranquillisants administrés par voie intra-veineuse (anesthésie « vigile »). Le choix entre ces différentes techniques sera le fruit d’une discussion entre vous, le chirurgien et l’anesthésiste.
Modalités d’hospitalisation
La durée du séjour sera de 4 nuitées.

Avant L’intervention

R
Un bilan pré-opératoire habituel est réalisé
R
Consultation préopératoire avec le médecin anesthésiste et le chirurgien traitant pour vous informer sur les différentes techniques d’anesthésies du lifting de cuisse
R
La veille et le matin de l’intervention, il faudra prendre une douche avec un savon doux
R
L’arrêt du tabac est vivement recommandé peut-être à l’origine d’un retard de cicatrisation
R
Aucun médicament contenant de l’aspirine ne devra être pris dans les 10 jours précédant l’intervention

Après intervention : Suites opératoires

– Généralement les patients peuvent avoir de douleurs modérées qui nécessitent en cas de persistance, la   prise d’antalgiques pour se soulager.
– Des œdèmes et des bleus postopératoires qui peuvent durer environ 1 mois.
– Les premiers jours après l’opération, la marche peut être difficile. En prévention de la phlébite, des     anticoagulants vous seront prescrits, durant quelques jours.
– Un arrêt de travail de 15 à 21 jours est conseillé.
– Le sport est généralement contre indiqué pendant 2 mois.
– Des complications à type de désunion d’écoulements lymphatiques ou d’infection peuvent survenir dans de     rares cas et répondent bien au traitement médical.

Résultat

Le résultat est généralement visible dès les premiers jours, mais il faut patienter 3 à 6 mois pour que la peau se redrape complètement et juger du résultat esthétique final. On observe, le plus souvent, une bonne correction de l’infiltration graisseuse et du relâchement de la peau, ce qui améliore nettement la morphologie de la cuisse. Les cicatrices sont habituellement discrètes, d’autant qu’elles sont cachées dans un pli naturel. Les cicatrices du lifting de cuisse évoluent sur 2 ans avec une tendance à s’améliorer avec le temps.
fr_FRFrançais